QVT & SIRH

Comment aborder le stress pour n’en garder que les bénéfices ?

La gestion du temps et l’efficacité au travail au sein de toute entreprise sont synonymes de bonne santé, d’implication personnelle performante et donc de rendement. L’Entreprise perd en crédibilité et en efficacité si ses équipes sont constamment stressée. Ce stress génère également souvent de la démotivation, des absences, voire des maladies graves.

L’essentiel en 3 points

1 – Stress, moteur ou frein ? Le stress peut faire des dégâts à court ou à long terme ou être un moteur.

2 – La gestion du stress. Comment le doser, l’utiliser à bon escient et en éviter les effets néfastes ?

3 – Que faire ? Quels outils utiliser et comment faire ?

Le syndrome de la grenouille

Pourquoi ne ressent pas toujours les effets du stress immédiatement ? Pourquoi se laisse-t-on embarquer dans une spirale ? Cette métaphore de la grenouille montre comment cela fonctionne et est parfaitement décrite par Olivier Clerc.

Imaginez une marmite remplie d’eau froide dans laquelle nage tranquillement une grenouille. Le feu est allumé sous la marmite, l’eau chauffe doucement. Elle est bientôt tiède. La grenouille trouve cela plutôt agréable et continu de nager. La température continue de grimper. L’eau est maintenant chaude. C’est un peu plus que n’apprécie la grenouille, ça la fatigue un peu, mais elle ne s’affole pas pour autant. L’eau est cette fois vraiment chaude; la grenouille commence a trouver cela désagréable, mais elle s’est affaiblie, alors elle supporte et ne fait rien. La température continue de monter, jusqu’au moment où la grenouille va tout simplement finir par cuire et mourir. Si la même grenouille avait été plongée directement dans l’eau à 50 degrés, elle aurait immédiatement donné le coup de patte adéquat qui l’aurait éjectée aussitôt de la marmite.

Cette expérience montre que, lorsqu’un changement s’effectue d’une manière suffisamment lente, il échappe à la conscience et ne suscite la plupart de temps aucune réaction, aucune opposition, aucune révolte. Le stress augmentant peu à peu ne suscite aucune révolte, mais fait des dégâts lentement mais sûrement une fois que la personne a passé le seuil critique du stress positif devenant négatif.

Quelques chiffres sur le stress en entreprise

On remarque que plus les personnes actives occupées sont stressées, plus elles estiment que leurs compétences de gestion du stress sont mauvaises. Et plus ces personnes estiment leurs compétences de gestion du stress mauvaises, plus elles se sentent épuisées émotionnellement au travail. Les personnes actives occupées qui estiment avoir de meilleures compétences de gestion du stress affirment aussi qu’elles sont plus satisfaites de leurs conditions de travail et estiment avoir un bon état de santé général et moins de problèmes de santé, comme des maladies cardiovasculaires.

En France, selon l’INRS, sur une population active de près de 25 millions de personnes, 220 000 à 350 000 personnes sont touchées par une pathologie liée au stress en entreprise.

Le coût social du stress en France a été estimé en 2007 entre 2 et 3 milliards d’euros.

INRS & Arts et Métiers ParisTech

Cette estimation, réalisée par l’INRS et Arts et Métiers ParisTech prend en compte les dépenses de soins, celles liées à l’absentéisme, aux cessations d’activité et aux décès prématurés.

Quelles solutions face au stress ?

Dans un premier temps il faut construire une bonne communication et des processus de travail adaptés. Voici les premières étapes :

  • Dépister les symptômes précocement
  • Repérer les facteurs qui déclenchent le stress chez ce collaborateur par avoir un entretien avec lui, lui confier vos inquiétudes quant aux symptômes observés (sans jugement !)
  • Discuter en quoi ces facteurs sont maîtrisables de la part du collaborateur et de la part de l’entreprise et comment les travailler pour qu’ils le deviennent.

Il peut être pertinent de faire appel à une personne extérieure à l’entreprise. Mandater un coach systémique qui a l’expérience de l’entreprise pour aider la personne à dénouer le problème. Voir ce qui peut contribuer à cette situation des deux côtés et comment trouver de solutions ensemble. Il peut y avoir des facteurs externes qui déclenchent le stress et des facteurs internes propres à la vision de chaque personne, à sa perception des faits et à ses croyances. On peut travailler et sur les moyens que l’entreprise peut mettre en place Et sur la perception de ces facteurs et l manière d’y réagir différemment de la part du collaborateur pour obtenir un système plus équilibré.

Découvrir comment le SIRH peut contribuer à améliorer la qualité de vie au sein de votre organisation.